psychologue nantes

 

  Accueil psychologie nantes Relations familiales psychologie nantes Angoisses psychologie nantes Anxiété psychologie nantes Haut Potentiel psychologie nantes Travail psychologie nantes Thérapie de Couple psychologie nantes Adolescents Articles | Contact  

 

Anxiété / Stress

Combattre le trouble de l'anxiété généralisé (TAG)

combattre le trouble de l'anxiete generalise

 

 

L'anxiété au quotidien

On a parfois du mal à définir ce que l'on nomme l'anxiété. Dans l'inconscient collectif, l'anxiété est souvent associée et confondue avec un mal moderne en explosion, le stress. L'anxiété est en effet bien différente de ce que la société de consommation et l'accélération des modes de vie a généré. Le stress est un phénomène qui trouve son origine dans des situations anxiogènes passagères. Des situations de stress peuvent par exemple se déclencher au sein de problématiques horaires. Vous êtes en retard et un rendez-vous réellement important vous attend. C'est dans cette contextualisation que l'on peut décrire une situation stressante, lorsque celle-ci ne se caractérise pas par une anticipation, mais bien par une contextualisation.

C'est d'ailleurs le point central qui différencie le stress de l'anxiété : sa caractérisation pragmatique. Pour rappel, la pragmatique est l'analyse d'une situation en fonction d'un contexte donné, avec des informations à disposition. La pragmatique s'attache au réel, aux faits, et se détache totalement de l'interprétation, de la pensée magique. En opposition, l'anxiété est un état ou disposition psychologique basée sur l'anticipation d'événements, sans utilisation de la pragmatique. L'anxiété se développe et surtout s'enrichit sur la base d'idées reçues, de probabilités non vérifiables et très majoritairement surévaluées en termes de conséquences.

 

De l'anxiété au trouble de l'anxiété généralisé

Lorsque qu'un individu est confronté à un événement qui va se dérouler, il est tout à fait normal de se poser des questions, quel qu'il soit. Se poser des questions n'est en soi pas une mauvaise chose et de surcroît positif lorsque ces questions permettront pragmatiquement d'appréhender une situation à laquelle l'individu va être confronté. Mais se poser des questions n'induit pas obligatoirement de déclencher une réaction anxieuse où des questions sans réels fondements vont venir semer le trouble dans la réflexion qui est en train de se produire. Être anxieux de manière passagère n'est également pas un phénomène fatalement délétère. Il peut naturellement arriver que vous soyez confronté(e) à l'obligation d'une situation importante à venir, sans avoir suffisamment d'éléments pour vous conforter dans sa bonne marche.

Prenons ici un exemple dans le cadre de votre travail. Une réunion très importante vous attend au siège de l'entreprise multinationale qui vous emploie. Vous êtes au courant que des mouvements au niveau de votre service vont devoir s'opérer, nécessitant possiblement des licenciements. Dans ce cas de figure, il est donc tout à fait normal de déclencher une réaction anxieuse. Même si vous possédez quelques éléments tangibles concernant le contexte, il est pragmatiquement impossible de pouvoir connaître tous les éléments et l'étendue de l'impact que cette réunion va produire sur votre vie. Au-delà du stress, c'est ici une situation anxieuse qui risque possiblement de se dérouler.

Si une situation anxiogène et de l'anxiété peuvent tout à fait se produire de manière passagère, le trouble anxieux généralisé n'est en rien comparable à l'exemple cité ci-dessus. Au sein d'un trouble anxieux généralisé, des processus anxieux se glissent quasi continuellement dans l'esprit et la vie des personnes touchées par ce mal très handicapant. Générant une réelle souffrance, de simples situations de la vie quotidienne peuvent déclencher une anxiété déconnectée de réalités effectives.

 

Avec plus de 20 ans d'expérience en communication, psychologie et psychothérapies, je vous accompagne dans la résolution de vos problématiques à Nantes mais aussi à distance en France et à l'international, en visioconférence. N'hésitez pas à me contacter ou à me laisser un message sur mon téléphone ou par mail, je vous répondrai dans les meilleurs délais. (Pour votre information, le tarif par séance d'une heure est de 60€)

Florian MARTIN

06.87.57.39.22
(du lundi au vendredi de 8h à 20h, le samedi de 8h à 13h)

contact@florianmartin-psychopraticien.fr

 

Les sources du trouble de l'anxiété généralisé

L'histoire clinique du trouble anxieux généralisé nous apprend que les origines de celui-ci sont majoritairement identifiées dans la période de l'enfance. Haut lieu de la cristallisation des émotions et des schémas cognitifs, il est ainsi primordial d'effectuer une analyse approfondie de la charge émotionnelle ressentie au travers de l'enfance afin de pouvoir identifier les causes du trouble anxieux généralisé. Néanmoins, le trouble anxieux généralisé peut également trouver sa source plus tard, au cours de l'adolescence ou même au travers de l'âge adulte. Les causes peuvent ainsi être multiples : injonctions et/ou attentes parentales trop importantes et répétées, traumatismes corporels, sexuels, importantes pressions professionnelles, financières, bouleversements familiaux (enfants, suicide, décès, manipulations, etc.). Cette liste est ici non exhaustive et les causes sont donc très variables selon les personnes souffrant de ce mal envahissant. Aussi, l'atténuation de cette instabilité émotionnelle nécessitera une importante libération de la parole afin de recontextualiser des situations de la vie quotidienne et de recalibrer des réactions afférentes plus en adéquation avec leurs réalités.

 

Un processus cérébral excessif

Lorsqu'un trouble anxieux généralisé est identifié, on pourrait noter le déroulement d'une situation anxieuse selon trois grands axes :

- L'anticipation négative : Prenons l'exemple du simple fait d'arriver juste avant la fermeture d'une boulangerie. Cette situation pourrait en effet potentiellement provoquer une forte déstabilisation émotionnelle. Vous pourriez vous dire qu'il n'y aura plus de pain alors que vous avez pourtant l'habitude d'arriver à la fermeture de celle-ci et que vous avez toujours réussi à en acheter. Néanmoins, cela n'y changera rien. Vous vous poserez toujours la question de savoir si vous pourrez obtenir ce que vous êtes venu(e) chercher. Vous anticiperez de manière systématiquement négative cette situation pourtant sans preuve de ce que vous avancez.

- L'importance d'une situation : Lorsque vous vous mettez à penser à une situation donnée, votre capacité anxiogène va immédiatement déclencher une surévaluation de l'importance de la situation. Même en ayant conscience que de ne pas réussir à acheter votre baguette de pain n'est en soi pas très impactant, il vous sera impossible de considérer que ceci n'est pas si grave. Le trouble de l'anxiété généralisé engendre une décorrélation des faits sur l'importance qu'il conviendrait de leurs apporter.

- Les conséquences/complications négatives surévaluées : Enfin, la troisième caractéristique du trouble anxieux généralisé est une anticipation quasi systématique des conséquences négatives d'une situation donnée. Si je continue sur l'exemple de la boulangerie, manquer de pain pour un repas pourrait ainsi possiblement déclencher nombre d'images à caractère négatif : passer pour un mauvais parent, imaginer son enfant en parler à l'école, à la famille, aux amis, que son enfant soit mal alimenté, que l'on s'imagine comme une personne irresponsable, etc. Même pour un si petit événement sans grandes conséquences, une personne atteinte de trouble de l'anxiété généralisé risquera de plonger dans une visualisation négative des conséquences de ce qu'elle aura considéré comme un cuisant échec.

 

Éviter les zones anxiogènes

Dans ce monde où l'information est devenue Reine, nombre de situations peuvent être évitées afin de se prémunir de la confrontation à des informations à caractère anxiogène. Et s'il existe une importante source d'informations anxiogènes, c'est bien celle des chaînes d'information continue. Distillant des informations sélectionnées pour captiver leurs audiences, ces chaînes dites « d'information continue », ne sont majoritairement plus que des zones de divertissements morbides et d'informations catastrophistes. Si vous souffrez de trouble de l'anxiété généralisé, je vous conseille donc fortement de supprimer ces chaînes de vos habitudes télévisuelles.

Dans la même lignée, évitez également les radios d'informations nationales qui ne sont majoritairement plus que des copies des chaînes d'information continue : débats stériles et redondants, mêlant agressivité, haine, humiliation, informations négatives et anxiogènes. Préférez écouter de la musique sélectionnée par vos soins, des radios musicales ou divertissantes.

Quant à votre vie de tous les jours, nombre de situations anxiogènes parcourent aujourd'hui le quotidien de l'être humain. Je ne rentrerai pas ici dans une énumération exhaustive de toutes les situations qui pourraient vous causer le déclenchement de passages anxieux. Aussi, il conviendra de vous écouter, de ressentir vos émotions et d'identifier au mieux les situations dans lesquelles vous pourriez être en difficulté émotionnelle.

 

Apaiser le tourbillon menaçant

Le trouble de l'anxiété généralisé n'est pas une fatalité. Vous pouvez raisonnablement penser que vous arriverez à réellement diminuer ce trouble qui vous submerge. La première chose à faire est bien entendu de consulter un professionnel en psychologie afin de libérer la parole et de réfléchir aux événements qui auraient pu provoquer l'émergence de ces phénomènes de souffrance et de culpabilisation. Pour une gestion plus quotidienne du trouble anxieux généralisé, la méditation reste un formidable atout pour apaiser le train de vos montées anxieuses. Il est d'ailleurs très important de toujours garder à l'esprit que les exercices de méditation ne sont pas obligatoirement à effectuer sur de longues séances. L'essentiel en méditation est de ralentir la cadence. Pour ce faire, c'est avant tout la régularité qui aura un effet extrêmement bénéfique sur la gestion de vos émotions et non la longueur des séances.

Enfin, gardez confiance en vous et ne tombez pas dans l'excès de se dire que tout ira toujours bien. Certaines situations nécessitent que l'on s'y attache réellement et que l'on se pose quelques questions. Écoutez simplement les réactions de votre ventre, centre des émotions, et dans chaque situation de votre quotidien demandez-vous toujours si vous êtes à votre place et si vous êtes aligné(e) avec ce que vous aimez et ce qui fait que vous êtes vous.

 

 

 

> Voir tous les articles

 

 

 

 

© 2022 - Florian MARTIN - 49 avenue Camus, 44000 NANTES - 06 87 57 39 22

Accueil - Adultes - Couples - Adolescents - Tarifs - Contact - Articles