psychologue nantes

 

  Accueil psychologie nantes Relations familiales psychologie nantes Angoisses psychologie nantes Anxiété psychologie nantes Haut Potentiel psychologie nantes Travail psychologie nantes Thérapie de Couple psychologie nantes Adolescents Articles | Contact  

 

Dépression

Pourquoi tombe-t-on-en dépression ?

pourquoi tombe-t-on en dépression

 

 

Un processus insidieux

Si vous pouviez avoir un dispositif connecté à votre mental pour vous indiquer que vous risquez de tomber en dépression, même le plus perfectionné d'entre-eux aurait de la difficulté à détecter son arrivée. De manière générale, les pathologies liées au mental sont très majoritairement très difficiles à anticiper et sont de surcroît, même à notre époque, très difficiles à être acceptées. Se logeant insidieusement, sous de nombreuses formes et dans des situations tellement diverses, qu'il sera également difficile de prévoir pourquoi, comment et quand la dépression apparaîtra chez un individu. Phénomène d'autant plus culpabilisant pour les personnes en dépression, le caractère invisible de cette pathologie entraîne d'autant plus de difficultés dans l'acceptation sociale de la dépression. Car en effet, être en dépression, ça ne se voit pas. Si ça ne se voit pas, c'est que la personne en dépression se raconte peut-être des histoires. Il n'est donc pas rare d'entendre ce type de remarques doutant de la véracité de l'état psychologique d'une personne. Il n'est pas non plus rare que chacun s'engage dans une comparaison exhaustive de tous les difficiles parcours de vie de l'humanité ne souffrant pourtant pas de dépression.

Une chose est certaine, on ne choisit pas de tomber en dépression. C'est un processus extrêmement lent qui va demander plusieurs mois, parfois plusieurs années, avant de s'immiscer et de s'exprimer profondément dans le quotidien d'un individu touché par cet état de détresse psychologique. Signal d'alerte par excellence, la dépression est le messager de première priorité que vous envoie votre corps, vous informant de votre instabilité émotionnelle et de votre dissonance personnelle. Aussi, même si l'on ne choisit pas de tomber en dépression, je vais néanmoins vous apporter quelques-unes des clefs qui vous permettront d'identifier et de vous prémunir de glisser vers ce territoire que personne ne souhaiterait connaître dans une vie.

 

La fatigue, catalyseur de l'obscurité

Quelle que soit votre situation, personnelle et professionnelle, votre rang social ou votre niveau intellectuel, la dépression touche tout type de profil, sans aucune distinction. Et s'il y a bien un point sur lequel nous sommes toutes et tous logés à la même enseigne, c'est le sujet de la fatigue. La première chose à laquelle vous devrez faire très attention est donc votre capacité à juger votre état de fatigue. Qu'elle soit physique, émotionnelle, ou les deux, un corps trop fatigué physiquement ou trop fatigué émotionnellement aura davantage de difficultés à se réapproprier le jour suivant, les épreuves suivantes, l'engagement personnel et la sphère motivationnelle nécessaires à la gestion du quotidien.

Trop tirer sur la corde, physiquement et/ou émotionnellement, vous amènera fatalement vers une fatigue émotionnelle beaucoup trop forte. La conséquence centrale de la fatigue émotionnelle ou fatigue mentale est l'incapacité exponentielle de se projeter dans l'avenir. À bout de force, le corps n'est logiquement plus capable d'imaginer des événements, actions, ou épreuves à venir. Dans un état d'épuisement avancé, la projection mentale temporelle sera de plus en plus diminuée et engendrera une incapacité à visualiser son avenir et ses motivations. Une projection initialement possible sur plusieurs années se transformera sur celle de l'année en cours, puis seulement sur quelques mois, quelques semaines, jusqu'à tomber dans l'incapacité de sortir de son lit.

 

Avec plus de 20 ans d'expérience en communication, psychologie et psychothérapies, je vous accompagne dans la résolution de vos problématiques à Nantes mais aussi à distance en France et à l'international, en visioconférence. N'hésitez pas à me contacter ou à me laisser un message sur mon téléphone ou par mail, je vous répondrai dans les meilleurs délais. (Pour votre information, le tarif par séance d'une heure est de 60€)

Florian MARTIN

06.87.57.39.22
(du lundi au vendredi de 8h à 20h, le samedi de 8h à 13h)

contact@florianmartin-psychopraticien.fr

 

Le début des ennuis

La fatigue est l'ennemi numéro un du bien-être et le compagnon préféré de la dépression. Mais ce n'est que le catalyseur d'un état psychologique d'urgence et non l'origine des troubles qu'elle provoque. La dépression est avant tout la conséquence du cumul d'un ensemble d'événements et de postures comportementales ne correspondant pas du tout à la personne que vous êtes réellement. Dit plus simplement, la dépression est le signe que la vie que vous menez n'est pas celle qui vous correspond. Pour reprendre l'expression « trop tirer sur la corde », la dépression pourrait tout à fait se matérialiser grâce à l'image d'un élastique. D'un côté se situe la vie que vous menez et de l'autre la vie qui vous correspondrait vraiment. Par un enchaînement de décisions contraires à votre mode de fonctionnement, votre mental s'est ainsi petit à petit retrouvé dans des situations générant un ensemble de perceptions oppressantes, jusqu'à la quasi immobilisation de votre pulsion de vie.

Il est donc temps de faire le point et c'est justement ici ce qui devient le plus complexe à identifier : savoir et surtout reconnaître lorsque vous avez atteint un point de rupture. Pour certains individus le point de rupture viendra naturellement et sera assez significatif, comme l'arrivée de crises d'angoisses, point culminant de l'immobilisation mentale, tétanisant physiquement et mentalement. Pour d'autres, le point de rupture ne se verra que sur de très longues périodes, avec une sensation insipide de l'expérience de vie, l'automatisation des gestes les plus basiques ou la plongée dans la consommation régulière de substances diverses.

Quelles que soient les différentes manifestations d'un état dépressif, le phénomène de glissement s'opère toujours de la même manière :

Frustration(s) > Déni(s) > Colère > Dépression

Si vous observez ces différentes étapes, vous serez désormais plus en capacité de comprendre ce qui se passe lorsque vous orientez votre parcours de vie dans des directions qui ne vous concernent pas ou qui ne vous correspondent pas. Les frustrations peuvent être multiples et peuvent être plus ou moins subies ou plus ou moins choisies. C'est d'ailleurs pour cette raison que beaucoup de personnes se permettent de juger le phénomène dépressif, partant du principe que les personnes atteintes de dépression auraient dû se prendre en main et se rendre compte de ce qui se passait dans leur vie et dans leur mental. C'est à priori plutôt facile à dire lorsque le regard vient de l'extérieur, mais difficile à identifier lorsque dans votre vie commence une petite averse, continue avec une pluie ininterrompue, puis des vents violents, puis une tempête, jusqu'à finalement se retrouver dans l’œil d'un cyclone. Si vous n'avez jamais été confronté à des symptômes dépressifs, le caractère incontrôlable et l'aspect multifactoriel est tel qu'il est quasiment impossible de pouvoir anticiper le basculement vers un état dépressif ou la dépression.

 

Un blocage généralisé

La dépression est un état de choc émotionnel intense et diffus. Il provoque de nombreux blocages, sensitifs, cognitifs, sociaux et pourra également se manifester par une somatisation, visible ou invisible. Organes défaillants, manifestations cutanées ou mutilations corporelles ne sont que quelques exemples de possibles conséquences associées de la dépression. Ces exemples ne sont bien entendu pas systématiques et fort heureusement la grande majorité des dépressions ne s'accompagnent pas de ces symptômes, mais ils peuvent néanmoins survenir. La vigilance est donc importante si vous souffrez de dépression, de façon à pouvoir mieux prévenir des dérives que celle-ci pourrait entraîner.

Ces blocages et somatisations ne sont autre que le fruit d'un phénomène de conversion/refoulement de frustrations non exprimées que j'ai précédemment évoqué. L'accumulation de situations non désirées va provoquer au fur et à mesure une altération des capacités motivationnelles d'un individu. Si l'expression « l'espoir fait vivre » paraît être une simple notification à l'attention de plaisanteries ironiques, elle a en réalité tout son sens dans le phénomène dépressif. Le mental a en effet un réel besoin d'espoir pour alimenter une véritable légitimité d'exister en ce monde. Or, si votre parcours de vie cumule nombre de frustrations et de situations qui vont à l'exact opposé de ce que pourquoi vous êtes destiné, tôt ou tard votre mental et votre corps se chargeront de vous le rappeler.

 

Faire le chemin inverse

Ce processus de rappel, de signal d'alerte et de mise en garde que vous envoie votre mental et votre corps est donc primordial à prendre en considération. C'est la raison pour laquelle la dépression oblige l'individu à faire une véritable mise au point sur sa vie, sur ses objectifs personnels et sur la manière dont il s'imagine au milieu de ses semblables. J'en profite d'ailleurs pour signaler ici que la prise de médicaments, antidépresseurs et anxiolytiques n'est pas une obligation et encore moins une fatalité. La toute relative efficacité de ses substances doit profondément et régulièrement être contrôlée par un professionnel afin de vérifier son aide ou sa contre-productivité dans la résolution de la dépression.

Dans ce parcours de vie amenant à la dépression, il faudra avant tout se concentrer sur une visualisation globale de la vie de l'individu concerné. Le parcours qui conduit à une dépression est très variable et il conviendra de suivre une thérapie pour faire le chemin inverse du parcours qui a pu provoqué cet état de choc psychologique. Prendre les éléments un à un, chercher où se trouvent les frustrations. Que ce soit dans le travail, la vie sentimentale, amicale, familiale, vis-à-vis des ambitions personnelles ou de l'image que l'on a de soi, chaque situation significative devra être découverte, analysée et libérée afin de pouvoir remonter le cours du fleuve et identifier les origines du mal.

 

Pratiquer l'auto-évaluation

Enfin, même si la focalisation de la dépression doit bien évidemment se situer dans la libération de la parole et la mise en relief des éléments provocateurs de cet état mental, il est également très important de se prémunir des dommages collatéraux et routines délétères associées à celle-ci. La dépression s'accompagne notamment très régulièrement de problématiques liées à l'alimentation, soit par une prise, soit par une perte excessive de poids. Il est également important d'observer le rythme de vie dans lequel se trouver l'individu. Nombre de personnes dépressives sont initialement tombées dans une déstructuration du rythme de leurs journées. Le jour se mélange à la nuit, sans réelle distinction, se mêlant à de lourdes difficultés d'endormissement, de récupération saine et suffisante pour affronter des bouleversements émotionnels majeurs et les frustrations associées au déclenchement de la dépression. Aussi, afin de limiter au maximum le risque de glissement vers un syndrome dépressif, pensez toujours à prendre soin de vous en sachant reconnaître les premiers signes de perturbations de votre routine quotidienne. Cette méthode simple vous permettra de mieux affronter les questionnements de la vie, de mieux appréhender les émotions qui traversent votre mental et d'éloigner les risques de symptômes dépressifs.

 

 

> Voir tous les articles

 

 

 

 

© 2022 - Florian MARTIN - 49 avenue Camus, 44000 NANTES - 06 87 57 39 22

Accueil - Adultes - Couples - Adolescents - Tarifs - Contact - Articles