psychologue nantes

 

  Accueil psychologie nantes Relations familiales psychologie nantes Angoisses psychologie nantes Anxiété psychologie nantes Haut Potentiel psychologie nantes Travail psychologie nantes Thérapie de Couple psychologie nantes Adolescents Articles | Contact  

 

Mort

Les expériences de mort imminente, une réalité clinique

experiences de mort imminente

 

 

Une mort qui change la vie

On les appelle EMI (Expérience de Mort Imminente) ou NDE (Near Death Experiment). Ces expériences qui peuvent paraître totalement folles à imaginer pour le commun des mortels, sont pourtant devenues un sujet de plus en plus présent et documenté en seulement quelques décennies. C'est en 1975 avec la sortie de son livre « La Vie après la vie » que le Dr Richard Moody, docteur en philosophie et médecin américain, commença à secouer l'arbre de phénomènes qui jusque là avaient peu voire très peu été analysés et investigués. Les expériences de mort imminente décrivent les personnes en état de mort clinique expliquant avoir quitté leur corps et l'avoir ensuite réintégré. Afin de clarifier rapidement ce point, un état de mort clinique est défini comme une mort attestée suite à l'application de plusieurs tests répétés à plusieurs reprises : le patient n'a plus d'activité musculaire spontanée, n'a plus de réflexe et ne respire plus. Le Dr. Moody récolta pendant plus de 20 ans des centaines de témoignages de personnes affirmant avoir vécu une expérience de mort imminente ou EMI. Les personnes ayant vécu cette expérience racontent toutes globalement les mêmes étapes de ce phénomène et l'on comprend pourquoi lors de leur retour, leur vie s'en trouve définitivement changée.

 

Un processus commun

Ces expériences surviennent suite à des accidents de voiture, pour des patients atteints de maladies graves, de chocs septiques, ou de tout autre problème médical ayant entraîné une mort clinique. Ces personnes racontent qu'une fois la mort clinique déclarée, elles se mettent soudainement à quitter leur corps et sont donc en capacité de le visualiser. Elles sont par exemple également capables de décrire l'ensemble des personnes présentes dans la salle d'opération dans laquelle elles se trouvaient lors de leur mort. Certains témoignages délivrent de nombreuses informations, jusqu'à donner la marque de la table d'opération sur laquelle leur corps était étendu. D'autres expliquent qu'elles étaient en capacité de traverser les murs pour aller à la rencontre de leur famille patientant en salle d'attente. Certaines ont été également capables de fidèlement retranscrire les conversations des médecins qui se tenaient dans la salle d'opération, tout comme celles de leur famille patientant non loin de là. Elles racontent également très régulièrement qu'une lumière chaude et extrêmement lumineuse les a accueillis et qu'elles ont alors été submergées par une extraordinaire sensation d'accueil et d'amour. Pendant cette expérience, elles n'ont pas de contour corporel qui aurait pu par exemple décrire leur physique. Elles sont simplement là, elles le sentent et ne sentent justement plus du tout la moindre sensation de douleur ou de tristesse. Elles baignent littéralement dans une bulle de bonheur et de détachement de la souffrance.

 

Avec plus de 20 ans d'expérience en communication, psychologie et psychothérapies, je vous accompagne dans la résolution de vos problématiques à Nantes mais aussi à distance en France et à l'international, en visioconférence. N'hésitez pas à me contacter ou à me laisser un message sur mon téléphone ou par mail, je vous répondrai dans les meilleurs délais. (Pour votre information, le tarif par séance d'une heure est de 60€)

Florian MARTIN

06.87.57.39.22
(du lundi au vendredi de 8h à 20h, le samedi de 8h à 13h)

contact@florianmartin-psychopraticien.fr

 

Un retour complexe

C'est la raison pour laquelle, lorsqu'une personne connaît un épisode de cette intensité, il arrive très régulièrement qu'elle subisse un grand traumatisme dû à son retour à la vie. Premièrement, il faut se rendre à l'évidence qu'il est extrêmement compliqué d'être en capacité de raconter un tel événement. Même si de grandes avancées en matière de libération de la parole ont été faites dans ce domaine, de nombreuses personnes préfèrent garder sous silence cet événement incomparable et hors du commun. Une fois le cœur reparti, ces personnes réintègrent leur corps et se reconnectent donc à la dure réalité de la situation médicale qu'elles sont en train de vivre. Mais au-delà de cela, elles décrivent également la difficulté qu'elles ont de se reconnecter de manière globale à leur corporalité et à la violence de la vie quotidienne. Deux cas de figure se produisent alors généralement. Pour certaines personnes, elles sont en capacité de « relever le défi » de la vie et en tirent plutôt un enseignement général sur le fait d'être une personne vertueuse, de prendre soin de leur entourage et de prendre la vie avec beaucoup plus de recul et de philosophie, de donner davantage d'amour et d'être beaucoup plus à l'écoute. Pour d'autres, ce retour à la réalité deviendra une réelle problématique tant l'épisode qu'elles viennent de vivre a été baigné de bonheur et de simplicité universelle. Assez perturbant à comprendre pour ces dernières, elles seraient même bien plus heureuse de pouvoir retourner de « l'autre côté » pour goûter éternellement à cette sensation de béatitude qu'elles ont vécu. Il convient donc dans ces deux cas de figure d'adopter une position extrêmement bienveillante, éloignée de tout jugement, pour accompagner ces personnes dans la gestion de leur vie, qui ne sera plus jamais comme avant.

 

La conscience, la vie après la mort

Qu'on le veuille ou non, qu'on l'accepte ou non, ces expériences sont bien réelles et sont de plus en plus étudiées. L'Institut Suisse des Sciences Noétiques (www.issnoe.ch), dédiée à l’étude scientifique et comparative des états modifiés de conscience non-ordinaires (EMC) et au décryptage analytique des expériences de mort imminente, tient aujourd'hui une place prépondérante dans l'analyse de ces phénomènes. Cet institut a de surcroît été reconnu d'utilité publique, prouvant son intérêt et toute sa légitimité dans la compréhension de la mort et de la conscience. Les travaux de cet institut, tout comme ceux de l'université de Genève, ne se limitent pas qu'à l'étude et l'analyse des expériences de mort imminente, mais bien à la place de la conscience au sein de la vie et de ce que l'être humain a défini comme « la mort ». C'est ainsi que de nombreuses autres expériences sont également menées en lien avec ces thématiques comme des sujets capables de se provoquer des décorporations. En évitant tout biais durant ces expériences, les sujets sont positionnés dans une pièce et doivent décrire certains objets présents dans une toute autre pièce, en utilisant uniquement leur capacité à sortir de leur corps. Digne d'un scénario de science-fiction, ces phénomènes sont désormais reconnus et étudiés pour être mieux compris et d'envisager une nouvelle façon d'appréhender la conscience.

En ce sens, une grande étude sur les expériences de mort imminente a également été menée en 2008 et publiée en 2014 par le Dr.Sam Parnia de l'université de Southampton en Angleterre. Son étude impliqua pas moins de 2060 patients sur 15 hôpitaux, au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Autriche (www.southampton.ac.uk). Ses conclusions extrêmement intéressantes révèlent une vision des expériences de mort imminente et plus généralement de la conscience sous un tout autre angle qu'habituellement. Il décrit que notre vision de la conscience et de la mort sont incomplètes mais avant tout inexactes. Par une description tout à fait intéressante, il nous explique ce que cette large étude a révélé. Prenez un poste de télévision qui diffuse un programme. Avec les années, si ce téléviseur se mettait tout d'un coup à ne plus être utilisable, « à rendre l'âme » comme il est coutume de dire, ce n'est pas parce que ce téléviseur ne fonctionne plus, que le programme lui, a cessé d'être diffusé.

 

 

C'est par cette très simple et très concrète explication que le Dr. Sam Parnia nous explique une chose essentielle et fondamentalement révolutionnaire sur notre vision du cerveau et de ce que l'on nomme la conscience, pour certains l'âme ou pour d'autres l'esprit. En effet, la vision médicale classique généralement acceptée et enseignée, décrit que le cerveau piloterait la conscience. Or, d'après cette étude et d'autres expériences menées et rapportées à travers le monde, il apparaît désormais plus clairement que c'est en réalité exactement l'inverse et que le corps serait davantage un véhicule réceptionnant des informations émanant de notre conscience.

 

 

 

> Voir tous les articles

 

 

 

 

© 2022 - Florian MARTIN - 49 avenue Camus, 44000 NANTES - 06 87 57 39 22

Accueil - Adultes - Couples - Adolescents - Tarifs - Contact - Articles